L'interaction avec les consommateurs est primordiale pour une marque. Elle se doit de mettre en place les moyens nécessaires à accompagner, rassurer, impulser et simplifier l'acte d'achat jusqu'à parfois, placer le consommateur comme un co-créateur de la marque et de son histoire.

Mais qu'est ce qui fait véritablement une marque ? un symbole, un logo, une base line, des valeurs ?

La marque est un tout. Une sorte de plateforme multi-facettes et multi contacts. En tentant de définir la marque intrinsèquement, on se rend compte rapidement que ce qui fait la marque, c'est avant tout ça singularité !

Cette singularité doit être afficher, transmise et diffuser avec les messages et valeurs de la marque qui vont toucher et marquer les esprits grâce à l'émotion liée à une expérience client inoubliable; elle façonne ainsi son "image de marque".

Pour "activer" un prospect, la moyenne (variable selon l'industrie) est proche de 7 sollicitations différentes (pub sur canaux de communications, espaces, temps, digital, web)

Cette démarche nécessite la définition d'une stratégie et sa mise en place avec des moyens de communication souvent très couteux. L'objectif est alors d'optimiser ce budget en analysant le ROI (Return On Investment)

Mais quel interêt de déployer des moyens considérables pour mettre en avant la singularité de la marque sans considérer l'interaction avec les consommateurs.

En effet, des très belles campagnes publicitaires très efficaces (qui font parties des 7 sollicitations nécessaires auprès du prospect) peuvent être littéralement ruinées par une sollicitation mal considérée: par exemple, une hôtesse de street marketing peu dynamique et souriante qui ne correspond pas à l'image de la marque...une queue de budget souvent négligée car l'impact d'une campagne de street marketing(en volume de personnes touchées) est en dessous des campagnes mass médias ou d'affichages.

Il y a ici un point qu'il ne faut pas confondre: le non sourire de l'hôtesse n'empêchera pas la vente de produits ou services de la marque mais reculera peut être l'acte d'achat, provoquera un doute sur la marque, ouvrira la réflexion sur des produits concurrents, provoquera une émotion qui va bâtir l'image de marque auprès des consommateurs.

Voici un exemple en vidéo illustrant l'interaction avec la marque en utilisant le capital sympathie de Fitcar pour une publicité non intrusive sur Les Champs Elysées (distribution de protection d'oreilles gratuites et de bilan auditifs/dépistages offerts lors de la journée national de l'audition)