20190922_205550_0000.png

INTERVIEW:

NOELIE,21 ANS, STREET ANIMATRICE EN OPERATION FITCAR.

FITCAR : Noélie, bonjour. Nous sommes réunis suite à ta première expérience Fitcar qui a eu lieu ce weekend à Grenoble pour la marque Barbie. Est-ce que tu peux te présenter et expliquer ton parcours dans le street marketing ?

Noélie : Je m’appelle Noélie, j’ai 21 ans. J’ai commencé le street marketing par l’agence d’intérim par laquelle je travaille fréquemment. Il s’agit d’une agence d’intérim spécialisée dans l’événementiel. Avant d’avoir fait des missions de street marketing avec la Fitcar, j’ai uniquement eu des missions de distribution de flyers en opération street marketing classique.

F : passons à ton vécu lors de cette première opération Fitcar pour toi. Tu nous disais que c’était ta meilleure opération que tu as eue à faire. Est-ce que tu peux justement me raconter le déroulement de ta journée sur Grenoble?

processed_IMG_20190824_165423.jpg

N : Nous avons commencé par un petit test/formation de “pilotage” sur le parking du centre commercial Grand Place pour prendre en main la Fitcar. Comme le test s’est très bien passé, que j'ai été rapidement à l’aise avec la Fitcar, j’ai tout de suite commencé à conduire sans problème.

Ensuite, nous sommes allé au stade des Alpes puis le Parc Paul Mistral. Pour ces 3 zones, nous avons constaté moins de trafic que prévu; nous avons donc décidé de nous rendre sur la prochaine zone de l’itinéraire en hyper centre ville. Sur place, nous avons couvert le jardin de ville, la place Grenette et la place Victor Hugo en roulant au pas. La différence à été flagrante! Là, vraiment, nous avons interagit avec énormément de monde. Je disais que c’était ma mission préférée, parce que tout au long de la journée, je n’ai jamais eu l'impression de gêner qui que ce soit; enfin une campagne non intrusive! C’était vraiment les gens qui venaient à nous et pas nous qui allions vers les gens (même si il nous arrivait tout de même d’interpeller les passants). Du coup, cela ouvrait le dialogue très facilement. Un véritable plaisir de discuter.

processed_IMG_20190824_165034.jpg

F : Justement, est-ce que tu peux me dire quelles sont les différences entre l’opé que tu as faite avec Fitcar et les autres opés en street marketing habituellement ?

N : Vraiment, la plus grande différence, c’est que dans les opés de base (distribution de flyers) c’est nous qui allons vers les gens et là, dans une opération Fitcar, c’est les gens qui viennent vers nous et cela, vraiment, c’est beaucoup plus agréable. A Grenoble, toutes les opérations de distribution de flyers que j’ai eu l’occasion de faire, se sont relativement mal passées, parce qu’on nous n’arrivions pas à distribuer les flyers. Les gens n’en voulaient pas, les gens nous les rendaient, les gens étaient un peu agressifs. Là, vraiment, beaucoup de passants sont venus vers nous. Que cela soit les filles, parce que c’est Barbie, parce que c’est rose, ou que cela soit les garçons attirés par le véhicule en général, savoir ce que c’est, comment cela avance, etc. cela ouvre le dialogue et le public est à l'ecoute, souriant. Un côté sympathique qui change vraiment!

F : Autre question, si tu devais refaire cette opération, est-ce que tu as des petits conseils pour améliorer en meilleure l’opération ?

N : Pour être efficace, il faut rencontrer du monde. Il faut bien cibler les zones. Pour cette opération Barbie, maintenant, nous sommes certains que dans certains endroits, il n’y a jamais personne. Au moins, on le sait. Du coup, cela permet de pouvoir passer plus de temps dans les endroits où il y a plus de monde. Sinon, ne rien changer et justement, la chose pour moi qui serait à changer, c’est de faire beaucoup plus de street marketing avec des Fitcars!

F: Que penses-tu de l’efficacité d’une opération Fitcar sur le terrain ?

N : Je pense que c’est hyper efficace. Cela attire l’œil, rend les gens souriants, ouverts. Je trouve que cela marche vraiment très bien et par après, on ne l’oublie pas facilement. Cela reste en tête. Je pense que ce n’est pas comme un simple flyer qu’on laisserait trainer au fond du sac. Là, les passants ont pris une photo avec la Fitcar qui reste dans le portable; c’est également pour cela que je pense que les opérations Fitcar marchent beaucoup mieux qu’une simple distribution de flyers.

F : Dernière question, si on te propose à nouveau une mission en Fitcar, est-ce que tu penses intervenir à nouveau?

N : Oui, forcément ! Je pense dire oui, parce que la façon dont les gens sont ouverts est motivante, franchement cela donne envie de travailler avec une Fitcar, la journée passe beaucoup plus vite que lors des distributions basiques!